Les papillons de jour en Deux-Sèvres et leur atlas

Les grandes lignes …

Les lépidoptères (du grec pteron : aile et lepidos : écailles) sont regroupés en deux grands sous ordres :

- les Rhopalocères… un mot assez compliqué pour parler simplement des « papillons de jour » qui sont caractérisés par des antennes en forme de massues ou de crochet.

- les Hétérocères que l’on appelle communément et à tort « papillons de nuit » car certains d’entre eux volent de jour (les zygènes par exemple)… Ce groupe rassemble tous les papillons qui n’ont pas les antennes en forme de massues.

Ne sont traités dans la suite de cet article que les Rhopalocères.

Les différentes familles

Les Rhopalocères sont divisés en 5 familles :

1/ les Hesperies : ils possèdent un corps relativement robuste, des antennes très écartées à la base et qui se terminent en crochet

2/ les Lycènes : cette famille regroupe les azurés, les cuivrés, les argus et les théclas … caractérisés par leur petite taille, des antennes finement rayées de noir et blanc. Les mâles ont la particularité de posséder des tarses réduits et sans griffe aux pattes antérieures.

3/ les Pierides (piérides, aurore, citron, souci …) : ces papillons sont de taille moyenne et possèdent une couleur de fond blanche, jaune ou orangée due à des pigments du groupe des ptérines (d’où leur nom). Les chenilles de ces espèces consomment généralement des plantes de la famille des brassicacées exception faite de la chenille du gazé qui mange des

4/ Les Papillons « vrais » : elle ne compte que 2 espèces dans notre département, les plus grands et connus : le machaon et le

5/ les Nymphalides : qui regroupe les vanesses (paon de jour, belle dame, robert le diable …), les mélitées, les mars … famille très vaste qui compte beaucoup d’espèces et qui se caractérise par l’atrophie de la 1ère paire pattes … et qui n’ont donc que 4 pattes.
Le tout en images :http://www.poitou-charentes-nature….

Le cycle biologique, le développement

Le papillon commence sa vie à l’état d’œuf pondu sur une plante hôte (propre à chaque espèce) sur laquelle il va éclore et donner lieu à une chenille. Cette dernière va passer par plusieurs stades et mues selon l’espèce pour ensuite se chrysalider. Au printemps suivant un joli papillon en sortira.

JPEG - 605.9 ko
Chrysalide de gazé (M. Boullant)

Espèces présentes en Deux-Sèvres

On compte 99 espèces de Rhopalocères et près de 2000 pour les Hétérocères :

- Rhopalocères : Liste à jour Papillons_diurnes_en_79_-_DSNE_2013.pdf

- Hétérocères : une 1ère liste en ligne sur http://www.papillon-poitou-charente…

Détermination

Pour les Rhopalocères (papillons de jour) : Même si ce groupe d’insectes est simple car comptant peu d’espèces et aisément observable (grande taille, effectif…), il faut y regarder à deux fois pour les identifier. Sur le site nature79.org, nous avons centralisé tous les outils régionaux d’aide à l’identification : http://www.nature79.org/index.php?m…
A utiliser sans modération !

Pour les Hétérocères, nous vous invitons à visiter deux sites qui font référence en Poitou-Charentes :

- Site d’Antoine Guyonnet : http://www.papillon-poitou-charente…

- Site de Samuel Ducept : http://www.6pattes.fr/

Un atlas régional pour les recenser

Initié par DSNE, en raison de notre historique fort pour ce groupe (Robert Levesque en particulier), un atlas régional est en cours.
Fin 2012, il a permis de rassembler plus de 140 000 observations, qui concernent 126 espèces (dont 3 disparues de la région).

Plus d’informations sur http://www.nature79.org/index.php?m…
Projet d’atlas régional réalisé grâce à notre structuration régionale avec PCN ainsi que grâce au soutien financier de :

- Conseil Régional Poitou-Charentes

- Etat (DREAL PC)

- Europe (FEADER, FEDER)

Enjeux de conservation

Les papillons ont fortement souffert de la dégradation générale des milieux (zones humides, pelouses sèches, bocage, plaine…) et ont ainsi vu leurs populations fortement décliné.
Pour les Deux-Sèvres par exemple, on recense 10% des espèces de Rhopalocères qui ont disparu au cours du XXe siècle : Hespérie du carthame, Marbré de vert, Azuré du thym, Azuré des sanguisorbes, Azuré des mouillères, Chiffre, Hermite, Fadet des laîches, Ariane. Et nombre des espèces restantes sont dans une situation précaire.

Cependant, DSNE ne reste pas les bras croisés devant cette situation en :

- > accentuant l’effort de connaissance sur les papillons (atlas régional),

- > le suivi des sites les plus sensibles,

- > la connaissance de leur fonctionnement de populations (PNA Maculinea, observatoire marais poitevin),

- > préservant les sites les plus sensibles avec nos partenaires pour optimiser la gestion voir les acquérir (COnservatoire d’espaces naturels, Conseil Général et autres collectivités, DREAL…) voir en réalisant/Encadrant directement des chantiers

- > sensibilisant grand public et propriétaires à leur conservation
.